Les hôtels présentent des environnements intérieurs très variés, depuis les bars jusqu'aux clubs de loisirs, en passant par les salles de conférence et bien sûr les chambres elles-mêmes.

Par conséquent, les éclairages conçus pour les hôtels doivent être adaptables, avec un large éventail de styles qui va de l'illumination du hall d'accueil jusqu'à l'éclairage tamisé et romantique des bars ou des restaurants. La création d'ambiance automatisée est devenue incontournable et nécessite des sources de lumière présentant d'excellentes caractéristiques de gradation de l'intensité lumineuse, de contrôle optique et de rendu des couleurs.

Pour les éclairages des chambres, il existe un large choix, tant au niveau du design qu'au niveau des sources lumineuses. On trouvera ainsi des appliques, des lampes de chevet et des lustres pour les chambres, et des luminaires spécifiques pour les salles de bain (appliques murales et luminaires de plafond).

 

L’éclairage d’un restaurant doit s’harmoniser avec le décor intérieur et la politique commerciale, ou plus précisément la clientèle ciblée. Il va de soi que l’ambiance est très différente selon que l’on doit éclairer un restaurant de luxe ou un lieu de restauration rapide. Quel que soit le type de restauration, l’éclairage devra répondre aux exigences :

• quantitatives : éclairage suffisant pour bien y voir ;
• qualitatives : lumière satisfaisante pour rendre attrayants les plats, flatter les clients et l’environnement.

Une harmonisation avec l’architecture de la salle, du décor, du mobilier, des plantes, des ouvertures éventuelles sur l’extérieur, du nombre de tables, etc. doit être recherchée. Ainsi, la restauration haut de gamme bénéficiera plutôt d’un éclairage créant une ambiance intimiste, réalisé à partir de luminaires dont le lampes procurent une lumière chaude. Il est indispensable que la couleur des mets ne soit pas dénaturée. Par conséquent, il faudra choisir un indice de rendu des couleurs supérieur à 90 et, pour obtenir une lumière chaude adaptée à une atmosphère feutrée, une température de couleur inférieure à 3300K.
Pour des restaurants de moyenne gamme, des luminaires plus standards conviendront mieux à l’éclairage général et l’éclairage localisé. Un niveau d’éclairement de 300 lux est conseillé. Ponctuellement, des sources halogènes TBT peuvent apporter une température de couleur plus chaude et un niveau d’éclairement plus important. Le choix judicieux de l’angle d’ouverture des faisceaux des lampes TBT permettra, si besoin, de créer une sorte d’isolement d’une table par rapport à une autre.

La restauration haut de gamme est marquée par une primauté de l’éclairage ponctuel, qui isole chaque table, par rapport à l’éclairage général, mais plus la restauration tend vers la simplicité, plus l’éclairage associé est fonctionnel et général : une implantation régulière de luminaires munis d’optiques performantes et équipés de tubes fluorescents de qualité peut être suffisante et procurer le confort visuel nécessaire. Il est préférable de réaliser un niveau d’éclairement de 400 lux en moyenne sur le plan de la table.

Cependant, il est toujours possible de jouer sur les effets lumineux en créant des éclairages d’accentuation sur des éléments spécifiques du décor : éclairage ponctuel de plantes ou mise en valeur d’une série de photos, par exemple.


A noter enfin que, dans la plupart des cas, les luminaires avec abat-jour, munis de lampes à petit culot à vis (E14) pourront avec profit être équipés de lampes LED ou de lampes fluocompactes 5 ou 7 W plutôt que de lampes à incandescence : moins de consommation, moins de lampes à changer.
(source syndicat de l'éclairage).